LES SOINS

Les pathologies

Comprendre les types de cancers

de quoi sagit il ?

Tout savoir sur votre pathologie en naviguant dans les onglets ci dessous.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent des cancers féminins. Il représente 33 % des cancers de la femme. Près de 80 % des cancers du sein se développent après 50 ans.

En 2023, en France, on estime à 61 214, le nombre de nouveaux cas, soit une augmentation de 0,3 % par an depuis 2010. L’âge moyen au diagnostic est de 64 ans.

12 100 décès ont été attribués à ce cancer en 2018.

En 2021, 735 790 femmes ont été prises en charge par l’Assurance Maladie pour cancer du sein (719 310 en 2018).

Plus le cancer du sein est détecté tôt, plus il se soigne facilement, et plus les chances de guérison sont élevées. On observe 99 % de survie à 5 ans pour un cancer détecté à un stade précoce et seulement 26 % pour un cancer diagnostiqué à un stade tardif. Il est donc essentiel de faire les mammographies de dépistage, même en l’absence de tout symptôme ! Dès l’âge de 25 ans et en l’absence de symptômes, un examen clinique des seins par un médecin, une fois par an, est recommandé.

Plaquette d'information à télécharger :

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne développée à partir de cellules de la prostate, glande de l’appareil génitalmasculin.

Dans 90 % des cas, le cancer de la prostate est un adénocarcinome résultant de la transformation maligne progressive de cellules épithéliales qui forment le revêtement de la prostate. Les autres types de cancers sont d’autres carcinomes ou des sarcomes.

Il existe deux stades d’évolution de la maladie.

Le cancer de la prostate localisé ou « intracapsulaire »

Les cellules cancéreuses sont présentes uniquement dans la prostate. 80 % des cancers de la prostate sont diagnostiqués alors qu’ils sont encore localisés à la prostate.

Le cancer de la prostate se développent :

  • dans 80 % des cas dans la zone périphérique de la prostate, à proximité du rectum et il est palpable au toucher rectal ;
  • dans 15 % des cas dans la zone dite transitionnelle au contact avec l’urètre. À noter que cette cette zone grossit avec l’âge et peut être également le siège de l’hypertrophie de la prostate ou adénome de la prostate ;
  • dans 5 % des cas à la base de la prostate traversée par les deux canaux éjaculateurs, chacun étant formé par la réunion du canal déférent (en provenance de chaque épididyme) et du conduit excréteur de la vésicule séminale. Les canaux éjaculateurs débouchent dans l’urètre.

Le cancer « extracapsulaire »

Le cancer franchit la capsule de la prostate. Les cellules cancéreuses se détachent et passent dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Elles gagnent les ganglions lymphatiques autour de la prostate puis d’autres organes à distance, essentiellement les os puis le foie et les poumons, formant des métastases.

Plaquette d'information à télécharger :

Un cancer de la région ORL (oto-rhino-laryngée), également connu sous le nom de cancer de la tête et du cou, est une maladie qui se forme dans l’un des organes des voies aérodigestives supérieures (VADS), tels que la bouche, le nasopharynx, l’oropharynx, l’hypopharynx et le larynx.

Les VADS comprennent un ensemble de voies et de cavités situées dans la partie supérieure des appareils digestifs et respiratoires, telles que la bouche, le pharynx, l’œsophage, les fosses nasales, les sinus, les cavités de l’oreille moyenne, le larynx et la trachée. Ces organes sont également importants pour la parole et l’odorat.

Plaquette d'information à télécharger :

Un cancer du poumon appelé aussi cancer bronchopulmonaire ou cancer bronchique est une maladie des cellules des bronches ou plus rarement, des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires. Il se développe à partir d’une cellule normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une masse, appelée tumeur maligne.

Sans traitement, la tumeur se développe dans d’autres parties du poumon, dans les ganglions lymphatiques de proximité.

Des cellules cancéreuses peuvent se détacher du cancer pulmonaire et migrer par voie sanguine ou lymphatique vers d’autres organes (cerveau, os, foie…) où elles forment de nouvelles tumeurs, appelées métastase

Nous parlons indifféremment de tumeur cérébrale, de tumeur intracrânienne ou de tumeur du système nerveux central (SNC) pour désigner les tumeurs qui surviennent dans le crâne. Il existe de nombreux types de tumeurs cérébrales.

Les tumeurs cérébrales portent généralement le nom des cellules dans lesquelles elles se développent.
Le glioblastome se développe à partir de cellules gliales (qui nourrissent et soutiennent les cellules nerveuses), et le méningiome se développe à partir des méninges (enveloppe du cerveau).

Ce sont les deux types de cancers primitifs du cerveau les plus fréquents.

Le cancer de la vessie est une maladie des cellules tapissant l’intérieur de la vessie appelé muqueuse vésicale. Certaines cellules deviennent anormales : elles se multiplient de manière désordonnée, très rapidement, et forment progressivement une tumeur maligne.

Avec le temps et en l’absence de traitement, le cancer de la vessie atteint le muscle de la paroi vésicale, l’infiltre, puis s’étend aux organes voisins.

Des cellules cancéreuses peuvent aussi se détacher de la tumeur et migrer vers d’autres organes ou tissus, formant des métastases.

Des cancers peuvent se développer dans n’importe quelle partie des organes génitaux de la femme.

Le cancer gynécologique le plus courant est le cancer du corps de l’utérus, également appelé cancer de l’endomètre. 

Il existe les cancers :

  • de l’ovaire
  • de l’endomètre
  • du col de l’utérus
  • de la vulve
  • du vagin

Le cancer digestif fait référence à toutes les tumeurs malignes qui proviennent du tube digestif :

  • œsophage
  • estomac
  • intestin grêle
  • colon
  • rectum
  • anus
  • voies biliaires

ou des glandes qui l’accompagnent :

  • foie
  • pancréas

Besoin d'informations supplémentaire ?

Liens utiles